Implantation d’une trousse de matériel de sécurité au domicile des jeunes enfants

En Belgique, les accidents sont la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 15 ans. De ce point de vue, la situation est comparable avec celle des autres pays industrialisés. En 1997, pour l’ensemble de nos Régions et Communautés, le pourcentage de décès par accidents non liés au transport était de 26% chez les enfants entre 1 et 4 ans, 19% chez les enfants de 5 à 9 ans et de 10% chez les enfants de 10 à 14 ans.

Les accidents mortels chez les bébés sont surtout dus aux suffocations (entre des barreaux, par une cordelette, par inhalation d’objet ou par enfouissement sous les couvertures). Chez les enfants de 1 à 4 ans, 1/3 des décès est dû aux noyades, et le reste aux incendies, à l’inhalation d’objets, aux intoxications et aux chutes. Au-delà de 5 ans, les noyades comptent pour la moitié des décès, l’autre moitié concerne les chutes et les incendies.

Selon l’enquête nationale de santé 2001, 10% des enfants de moins de 14 ans ont été victimes d’un accident dans les 12 mois qui précèdent l’interview.

En 1996, les 136 médecins du réseau belge des médecins vigies ont enregistré 3 039 cas d’accidents domestiques pour une population estimée à 141 086 habitants. Selon ces données, l’incidence annuelle des accidents domestiques nécessitant l’intervention du médecin généraliste a été estimée à 2,2 % par an (2 194 / 100 000 habitants), c’est-à-dire 220 000 personnes pour l’ensemble de la Belgique, dont 45 353 enfants de moins de 14 ans.

Il n’est pas facile d’intervenir pour faire diminuer l’incidence des traumatismes chez l’enfant, en particulier l’incidence de ceux qui surviennent à domicile. Le seul fait d’augmenter les connaissances des parents sur la sécurité domestique n’est pas suffisant pour modifier leurs comportements. Comme pour tout ce qui concerne le changement de comportement, il est nécessaire d’envisager plusieurs actions complémentaires.

Pour en savoir plus :

Impacts des mesures passives de prévention des traumatismes chez les jeunes enfants

La Présentation PowerPoint de Martine Bantuelle (directrice de l’asbl Educa Santé) et de Alain Levêque (professeur dans le département de l’épidémiologie et de promotion de la santé de l’École de Santé Publique de l’ULB) traite des stratégies et des méthodes dans la prévention des accidents domestiques et de l’efficaicté des mesures de préventions des traumatismes chez les jeunes enfants.

La prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants – Stratégies et méthodes – Martine Bantuelle (asbl Educa Santé), Alain Leveque (ULB) – 2003

pdf_icon_B
Evaluation d’un processus d’implantation d’une trousse de sécurité dans la commune de Fontaine-L’Evêque

Une évaluation d’un processus d’implantation d’une trousse de sécurité a été établie dans la commune de Fontaine-L’Evêque. L’objectif général de ce projet était de diminuer l’incidence des accidents domestiques chez les enfants de 6 à 18 mois. Plus spécifiquement, le projet visait à amener les parents à modifier leurs comportements et à adapter la maison à des normes d’environnement plus sécuritaires. Le deuxième objectif était de permettre aux travailleurs et travailleuses médico-sociaux d’aborder plus concrètement la prévention des accidents chez les enfants.

Évaluation d’un processus d’implantation d’une trousse de securité en vue de prévenir les accidents chez les jeunes enfants, Commune de Fontaine-L’Evêque, Belgique – 2001-2003

pdf_icon_B

Résultats synthétisés de la recherche de Fontaine-L’Evêque, Martine Bantuelle, Marc Sznajder, Marie Christine Van Bastelaer – 2012

pdf_icon_B

BANTUELLE Martine , et al. « Prévention des traumatismes survenant chez les jeunes enfants. Évaluation d’un processus d’implantation d’une trousse de sécurité », Éducation Santé. N°191 (Juin 2004), p. 11-12

pdf_icon_B
Recherches actions de l’implantation d’une trousse de sécurité au Québec, en France et en Belgique

Rapport qui présente des données statistiques quant à la mortalité et la morbidité chez les jeunes enfants, des stratégies de prévention qui doivent être mises en place pour promouvoir la sécurité à long terme, ainsi que les résultats de trois recherches actions menées au Québec, en France et en Belgique. Elles étaient basées sur la réalisation de deux visites à domicile espacées de 6 à 8 semaines, avec la distribution d’une trousse de sécurité gratuite contenant du matériel et de la documentation. Ces visites étaient effectuées par un professionnel ayant un accès légitime au domicile : professionnels de la petite enfance, CPAS, gardiennes… Un dialogue était amorcé avec la famille, des conseils délivrés sur l’aménagement de l’environnement et l’installation du matériel, et enfin une évaluation était réalisée.

La prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants par des mesures passives de prévention – 2011

pdf_icon_B

Lu et vu

Agenda

Avec le soutien de: