Promotion de la sécurité au domicile des jeunes enfants

La place du médecin généraliste et
du pédiatre dans la prévention des accidents
au domicile des jeunes enfants

En Belgique, les accidents sont la première cause de mortalité chez les jeunes enfants de moins de 15 ans. De ce point de vue, la situation est comparable avec celle des autres pays industrialisés. En 1997, pour l'ensemble de nos Régions et Communautés, le pourcentage de décès par accidents non liés au transport était de 26% chez les enfants entre 1 et 4 ans, 19% chez les enfants de 5 à 9 ans et de 10% chez les enfants de 10 à 14 ans. Il est maintenant admis qu'un accident est presque toujours évitable, et que sa survenue répond à un schéma prédictible, comme le médecin en a l'habitude pour certaines maladies. Pour préparer des actions concrètes, une enquête a été menée auprès des médecins généralistes et des pédiatres.

Selon une enquête menée en 2001 par l'asbl Educa-Santé et l'Ecole de santé Publique de l'Université Libre de Bruxelles auprès de 400 médecins généralistes et pédiatres, les praticiens de première ligne sont fortement impliqués dans la prise en charge des traumatismes chez les enfants. C'est surtout à cette occasion qu'ils donnent des conseils préventifs. En dehors de ces occasions, les médecins généralistes et les pédiatres n'ont pas l'habitude de faire des démarches proactives systématiques vis-à-vis des parents pour la prévention des accidents domestiques. Ils estiment manquer de temps, manquer de connaissances des techniques de prévention efficaces dans ce domaine, et manquer d'outils qui permettent d'appuyer leurs conseils aux parents. Ceci dit, les médecins estiment quasi tous qu'ils ont un rôle à jouer dans la prévention des traumatismes. Ils ont fait des propositions très concrètes de formation et d'informations, qui leur seraient destinées aussi bien qu'à leurs patients.

Agir au quotidien pour la sécurité des enfants pose la question des relations éducatives avec les parents. Les comportements ne changeront pas en une volée de conseils ni par la distribution de brochures. Les parents ont leur propre vécu de la sécurité de leurs enfants, leurs idées sur le sujet, leurs questions. C'est de là qu'il faut partir, c'est à ce vécu-là que le médecin accrochera ses conseils, la promotion du matériel de sécurité et la prise en compte du contexte familial.

Pour en savoir plus :

Le rôle des médecins généralistes et des pédiatres dans la prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants

Résultats de l'enquête menée auprès des médecins généralistes et des pédiatres de la Communauté française de Belgique, Alain Levêque, Michel Moreau, Danielle Piette, ULB-PROMES, CERESP asbl - 2004 (3,282 Mo)

Synthèse de la recherche auprès des médecins généralistes et des pédiatres - Educa-Santé - 2005 (140 Ko)

La place du médecin généraliste dans la prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants

Lors de ses consultations et surtout de ses visites à domicile, le médecin généraliste qui désire prévenir efficacement les accidents domestiques des jeunes enfants peut intervenir auprès des parents. Ce document fournit des informations quant aux types de traumatismes, de prévention et des stratégies que le médecin généraliste peut mettre en place pour prévenir les accidents domestiques.

La place du médecin généraliste dans la prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants - Educa-Santé - 2011 (121 Ko)

Article de la revue de la médecine générale - SSMG - n°210 - Février 2004 - p.60 "Le médecin généraliste et la prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants" (1,339 Mo)

Dans la présentation PowerPoint ci-dessous de Martine Bantuelle (directrice de l'asbl Educa Santé) et de Alain Levêque (professeur dans le département de l'épidémiologie et de promotion de la santé de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB) sur la place du médecin généraliste dans la prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants, l'accent a été mis sur les différences entre accident et traumatisme, ainsi que sur les questions telles que "Quelles actions le médecin généraliste peut-il mener pour prévenir des traumatismes?", "Le conseil préventif est-il efficace?" et "quelles sont les stratégies efficaces?".

La place du médecin généraliste dans la prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants, Martine Bantuelle, Educa-Santé, Charleroi, et Alain Levêque, Ecole de Santé Publique, ULB - 2000 (3,825 Mo)

3 posters à télécharger pour la prévention des accidents à domicile des enfants
Educa-Santé - 2005

Poster 1 : Les médecins ont un rôle à jouer, proximité et conseils (426 Ko)

Poster 2 : Les médecins ont un rôle à jouer : 3 stratégies, 3 équipements, 3 conseils (383 Ko)

Poster 3 : Les médecins ont un rôle à jouer : conclusions (473 Ko)

La place des architectes dans la prévention des accidents à domicile

Sur les 14.600 accidents domestiques et de loisirs enregistrés en 1998 par les hôpitaux belges inscrits dans le système EHLASS7, 25,2 % étaient liés à des éléments de construction. Ce type d'accident touche toutes les classes d'âge, mais les enfants de 0 à 5 ans sont les plus concernés. Qu'en pensent les architectes? Si la prévention des accidents domestiques semble acquise sur le plan des principes abstraits, une enquête récente montre qu'il en va autrement sur celui des pratiques...

Une enquête a été réalisée auprès d'une soixantaine d'architectes, ils en sont arrivés progressivement à pointer les lacunes et les besoins de leur pratique dans l'intégration de la prévention des accidents domestiques.

Pour en savoir plus :

Accidents impliquant des éléments de construction

Depuis 1987 existe en Belgique un système d'enregistrement, par certains hôpitaux, des accidents domestiques et de loisir. Il s'agit du système EHLASS (European Home and Leisure Accident Surveillance System). Ce système, conçu par la Commission Européenne, permet de recenser un certain nombre d'accidents domestiques et de loisir par une collecte qui a lieu, dans la plupart des Etats Membres, auprès de salles d'urgence de certains hôpitaux. Ce document présente les données les plus récentes disponible et qui concernent les accidents enregistrés en 1998 par le système EHLASS.

Les accidents impliquant des éléments de construction - Educa-Santé - 1998 (201 Ko)

Intégration de la prévention des accidents domestiques dans la pratique des architectes

Une étude suisse a mis en évidence qu'un accident sur deux se déroulait à domicile. Cette étude montre, par ailleurs, qu'il existe nombre d'éléments présents dans la conception architecturale à l'origine de ces accidents. Une étude est réalisée dans la communauté francophone du pays en partenariat avec le bureau d’étude COOPARCH-R.U. scrl, et s’est déroulée en plusieurs phases. Ce document présente un résumé des résultats d’une enquête pour évaluer le degré d'intégration de la prévention des accidents domestiques dans les pratiques des architectes. L'objet de cette étude par COOPARCH-R.U. scrl a pour objectif d'investiguer l'intérêt des architectes pour la sécurité, ainsi que la place que prend la prévention des accidents domestiques dans leurs réalisations de chantiers logements, qu'ils soient de construction neuve ou de rénovation. Cette étude visait à appréhender le degré d'intégration de la prévention des accidents dans les pratiques professionnelles, à travers une prévention intégrée dès la conception des logements, mais aussi à appréhender les éventuels manques en la matière, et dès lors les moyens à mobiliser afin de pallier ces manques.

Le travail de l'architecte - Étude sur l'intégration de la prévention des accidents dans les pratiques des architectes - Cooparch-R.U. (S.C.R.L) - 2001 - PARTIE 1 (3,588 Mo)

La problématique de la sécurité des occupants d'un logement - Étude sur l'intégration de la prévention des accidents dans les pratiques des architectes - Cooparch-R.U. (S.C.R.L) - 2001 -
PARTIE 2 (10,502 Mo)

Annexes - Étude sur l'intégration de la prévention des accidents dans les pratiques des architectes - Cooparch-R.U. (S.C.R.L) - 2001 - PARTIE 3 (7,368 Mo)

Document de synthèse de la recherche de l'intégration de la prévention des accidents domestiques dans la pratique des architectes - 2001 (799 Ko)

Brochure pour les architectes - Intégration de la prévention des accidents domestiques dans la pratique des architectes - Programme de prévention des traumatismes et de promotion de la sécurité en Communauté française (1998-2003) (3,586 Mo)

Poster 1 : Integration of home injuries prevention in practice of architects. A qualitative survey realized near 60 architects in Belgium - Jean de SALLE (COOPARCH-R.U (SCRL)), Jacques TAYLOR (Département CARE de GREY (S.A.)), Martine BANTUELLE , Yves DARIO (EDUCA-SANTE) (5,780 Mo)

Poster 2 : Impact study of article entitled “ to prevent home injury” published in an architect’s professional review - Jean de SALLE (COOPARCH-R.U (SCRL)), Jacques TAYLOR (Département CARE de GREY (S.A.)), Martine BANTUELLE , Yves DARIO (EDUCA-SANTE) (6,572 Mo)

Article de le revue Éducation Santé - Intégration de la prévention des accidents domestiques dans la pratique des architectes - Jean de Salle (architecte et urbaniste (Cooparch-R.U.)), Jacques Taylor (psychosociologue), Martine Bantuelle (responsable de l'asbl Educa-Santé) - 2004 - N°189 - p10-11 (5,704 Mo)

Implantation d'une trousse de matériel de sécurité au domicile des jeunes enfants

En Belgique, les accidents sont la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 15 ans. De ce point de vue, la situation est comparable avec celle des autres pays industrialisés. En 1997, pour l’ensemble de nos Régions et Communautés, le pourcentage de décès par accidents non liés au transport était de 26% chez les enfants entre 1 et 4 ans, 19% chez les enfants de 5 à 9 ans et de 10% chez les enfants de 10 à 14 ans.

Les accidents mortels chez les bébés sont surtout dus aux suffocations (entre des barreaux, par une cordelette, par inhalation d’objet ou par enfouissement sous les couvertures). Chez les enfants de 1 à 4 ans, 1/3 des décès est dû aux noyades, et le reste aux incendies, à l’inhalation d’objets, aux intoxications et aux chutes. Au-delà de 5 ans, les noyades comptent pour la moitié des décès, l’autre moitié concerne les chutes et les incendies.

Selon l’enquête nationale de santé 2001, 10% des enfants de moins de 14 ans ont été victimes d’un accident dans les 12 mois qui précèdent l’interview.

En 1996, les 136 médecins du réseau belge des médecins vigies ont enregistré 3 039 cas d’accidents domestiques pour une population estimée à 141 086 habitants. Selon ces données, l’incidence annuelle des accidents domestiques nécessitant l’intervention du médecin généraliste a été estimée à 2,2 % par an (2 194 / 100 000 habitants), c'est-à-dire 220 000 personnes pour l’ensemble de la Belgique, dont 45 353 enfants de moins de 14 ans.

Il n’est pas facile d’intervenir pour faire diminuer l’incidence des traumatismes chez l’enfant, en particulier l’incidence de ceux qui surviennent à domicile. Le seul fait d’augmenter les connaissances des parents sur la sécurité domestique n’est pas suffisant pour modifier leurs comportements. Comme pour tout ce qui concerne le changement de comportement, il est nécessaire d’envisager plusieurs actions complémentaires.

Pour en savoir plus :

Impacts des mesures passives de prévention des traumatismes chez les jeunes enfants

La Présentation PowerPoint de Martine Bantuelle (directrice de l'asbl Educa Santé) et de Alain Levêque (professeur dans le département de l'épidémiologie et de promotion de la santé de l'École de Santé Publique de l'ULB) traite des stratégies et des méthodes dans la prévention des accidents domestiques et de l'efficaicté des mesures de préventions des traumatismes chez les jeunes enfants.

La prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants - Stratégies et méthodes - Martine Bantuelle (asbl Educa Santé), Alain Leveque (ULB) - 2003 (9,797 Mo)

Evaluation d'un processus d'implantation d'une trousse de sécurité dans la commune de Fontaine-L'Evêque

Une évaluation d'un processus d'implantation d'une trousse de sécurité a été établie dans la commune de Fontaine-L'Evêque. L'objectif général de ce projet était de diminuer l’incidence des accidents domestiques chez les enfants de 6 à 18 mois. Plus spécifiquement, le projet visait à amener les parents à modifier leurs comportements et à adapter la maison à des normes d’environnement plus sécuritaires. Le deuxième objectif était de permettre aux travailleurs et travailleuses médico-sociaux d’aborder plus concrètement la prévention des accidents chez les enfants.

Évaluation d'un processus d'implantation d'une trousse de securité en vue de prévenir les accidents chez les jeunes enfants, Commune de Fontaine-L'Evêque, Belgique - 2001-2003 (533 Ko)

Résultats synthétisés de la recherche de Fontaine-L'Evêque, Martine Bantuelle, Marc Sznajder, Marie Christine Van Bastelaer - 2012 (25 Ko)

BANTUELLE Martine , et al. "Prévention des traumatismes survenant chez les jeunes enfants. Évaluation d'un processus d'implantation d'une trousse de sécurité", Éducation Santé. N°191 (Juin 2004), p. 11-12 (892 Ko)

Recherches actions de l'implantation d'une trousse de sécurité au Québec, en France et en Belgique

Rapport qui présente des données statistiques quant à la mortalité et la morbidité chez les jeunes enfants, des stratégies de prévention qui doivent être mises en place pour promouvoir la sécurité à long terme, ainsi que les résultats de trois recherches actions menées au Québec, en France et en Belgique. Elles étaient basées sur la réalisation de deux visites à domicile espacées de 6 à 8 semaines, avec la distribution d’une trousse de sécurité gratuite contenant du matériel et de la documentation. Ces visites étaient effectuées par un professionnel ayant un accès légitime au domicile : professionnels de la petite enfance, CPAS, gardiennes… Un dialogue était amorcé avec la famille, des conseils délivrés sur l’aménagement de l’environnement et l’installation du matériel, et enfin une évaluation était réalisée.

La prévention des accidents domestiques chez les jeunes enfants par des mesures passives de prévention - 2011 (207 Ko)

imprimer